Henri Dutilleux (1916-2013)
N°1 du recueil Quatre mélodies (1941-42) – Editions Durand
Sur un poème de Raymond Genty
Pour baryton ou mezzo-soprano et piano (ou orchestre)
La Partition

Un grillon fait un signal
Sur un timbre de cristal,
Et dans la pénombre chaude
Où les parfums sont grisants
La rampe des vers luisants
S’allume, vert émeraude.

Un ballet de moucherons
Tourne, glisse, fait des ronds,
Dans la lumière changeante.
Un grand papillon de nuit
Passe en agitant sans bruit
Son éventail qui s’argente.

Les parfums des grands lys blancs
Montent plus forts, plus troublants,
Dans cette ombre
Où l’on conspire.
Mais dans cette ombre,
Il y a Obéron, il y a Titania, il y a du Shakespeare.

Les moustiques éveillés
Bruissent autour des œillets
Tout baignés de crépuscule;
Acteurs lilliputiens,
Chorégraphes aériens,
Mille insectes verts et bleus,
Mille insectes merveilleux
Tournent autour des œillets
Et font une ronde effrénée.

Puis, ayant tourné longtemps
Sous les roseaux des étangs,
Sous le hêtre et sous l’yeuse,
Les petits danseurs ailés
Soudain se sont en allés
Dans l’ombre mystérieuse.

Tout se tait, seul, par moment,
Le léger sautillement
D’une oiselle à longue queue.
Puis plus rien, plus aucun bruit…
Il n’y a plus que la nuit
Magnifique, immense, bleue.


Version pour orchestre
Vincent Le Texier (baryton)
Orchestre National des Pays de la Loire
Pascal Rophé (direction)
Version pour piano
Patrick Mason (baryton)
Robert Spillman (piano)


Image par Игорь Левченко de Pixabay