Albert Roussel (1869-1937)
Deux poèmes de Ronsard op.26 (Rossignol, mon mignon – Ciel, aer, et vens)
Pour Soprano et Flute – Editions Durand (1924)
Lent – 4/4 – Do Majeur (Ré3-La4)

Partition

Poème 1
Rossignol mon mignon, qui dans cette saulaie
Vas seul de branche en branche à ton gré voletant,
Et chantes à l’envie de moi qui vais chantant
Celle qu’il faut toujours que dans la bouche j’aie.

Nous soupirons tous deux; ta douce voix s’essaie
De sonner l’amitié d’une qui t’aime tant
Et moi triste je vais la beauté regrettant
Qui m’a fait dans le coeur une si aigre plaie.

Toutefois, Rossignol, nous différons d’un point
C’est que tu es aimé, et je ne le suis point,
Bien que tous deux ayons les Musiques pareilles:

Car tu fléchis t’amie au doux bruit de tes sons,
Mais la mienne qui prend à dépit mes chansons
Pour ne les écouter se bouche les oreilles.
Mady Mesplé (soprano)
Patrick Gallois (flute)
Avec partition – Irene Maessen (soprano)
Paul Verhey (flute)
AUTRE VERSION

Jean Rivier (1896-1987)
Recueil « 3 Poèmes de Ronsard et 1 de Clément Marot » – Editions Salabert (1947)
(Ronsard : Bel Aubépin – Rossignol, mon mignon – Le tombeau de Ronsard) & Marot : Dedans Paris, ville jolie)

Vivo e leggiero – 4/4 – Pour voix moyennes et piano
Notes de Marie-Claude : pas d’armure à la clé – vague tonalité de Mi Majeur/mineur.
Ligne de chant legato sur un accompagnement en staccato de double-croche presque tout le temps


Partition à la BNF Paris Richelieu – Section Musique (Cote : Vmg 3306)
La Partition (achat)

Poème 2
Rossignol mon mignon, qui par cette saulaie
Vas seul de branche en branche à jamais voletant,
Et chantes à l’envie de moi qui vais chantant
Celle qu’il faut toujours que dans la bouche j’aie.

Nous soupirons tous deux; ta douce voix s’essaie
De sonner les amours d’une qui t’aime tant,
Et moi triste je vais la beauté regrettant
Qui m’a fait dans le coeur une si aigre plaie.

Toutefois, Rossignol, nous différons d’un point
C’est que tu es aimé, et je ne le suis point,
Bien que tous deux ayons les Musiques pareilles:

Car tu fléchis t’amie au doux bruit de tes sons,
Mais la mienne qui prend à dépit mes chansons
Pour ne les écouter se bouche les oreilles.
Christopher Goldsack (baryton) – Clare Toomer (piano)

Photo gratuite et libre de droit par Peter Kasteren van de Pixabay