Jules Massenet (1842-1912)
Mélodies à déclamation libre avec chant (1902)
Recueil de 10 mélodies de différents poètes.
Pour voix haute et piano
Partition

1. Dialogue
2. Les nuages – Nuages
3. En voyage
4. Battements d’ailes
5. La dernière lettre de Werther à Charlotte
6. Comme autrefois
7. Nocturne
8. Mélancolie – Mélancolie
9. Rose de Mai(Fiche dans ce Blog)
10. Feux-follets d’amour – Feux-follets

(En vert : les Thèmes)

2. Les Nuages
Paroles de Madame la Contesse de Louvencourt
Lent, soutenu, expressif à 4/4 – La mineur (Do3-La4)

Parlé
Les voyez-vous passer sous le ciel monotone.
Tous ces nuages blancs aux reflets bleus et gris ?
Sans trêve ils sont chassés par l’âpre vent d’automne,
qui les pousse toujours et les met en débris ;
Ils sont tout affolés et semblent en détresse,
Dès que je les admire, ils fondent aussitôt,
Et dans mon cœur, soudain, je sens une tristesse :
Je veux les regarder, mais ils meurent trop tôt !
Chanté
En les voyant courir,
Jeunesse, à toi je songe,
Quand fuyant sous le vent des désillusions,
Ton aile, se brisant à l’écueil du mensonge,
S’éparpille en morceaux comme un vol d’alcyons.
On te rappelle en vain, tu pars inexorable,
On t’espère on t’attend, on te pleure toujours,
Et tu laisses en nous un vide intolérable,
Car tu pris, en partant, non espoirs, nos amours
Et tu nous arrachas d’une main trop cruelle
Tant de cœurs allumés aux rayons de ta Foi !
Parlé
Voilà pourquoi souvent, images en dentelle.
Mes yeux en vous suivant s’attristent malgré moi.


8. Mélancolie
Paroles : anonyme
Andante expressivo (sans lenteur) à 6/4 – Do mineur (do3-Sol3)

Parlé
Sur les flots de la vie,
suivant ce qui me tient,
suivant ce qui me lie
Je m’en vais pauvre rien…
Le temps est gris…
Qu’importe !..
Chanté
Va, mon cœur ; suivant ce qui t’emporte,
chante ou pleure les jours !
Mon cœur, va toujours,
Suivant ce qui t’emporte.
Parlé
Va toujours…
Si la mer est bien douce
Mon cœur en reposant
Chante le vent qui pousse
Ma barque de passant…
Le temps est gris…
Qu’importe !
Va, mon cœur, va toujours ;
suivant ce qui t’emporte…
Chante, ou pleure les jours…
Chanté
Mon cœur, va toujours
Suivant ce qui t’emporte…
Parlé
Va….


10. Les Feux-follets d’amour
Paroles de Madeleine Grain
Animé et léger à 2/4 – Sol Majeur (Si2-La4)

Chanté
« Mes sœurs ! dans cette nuit d’étoiles
Je sens le printemps voltiger !
Où fuyez-vous ?
Où fuyez-vous ?
Un vent léger
Caresse mollement vos voiles…
Un vent léger un vent jaloux…
Où fuyez-vous ? »
Parlé
Ainsi, devant la vierge blanche,
Ses sœurs passent…
L’une se penche.
« Sens !..
De parfums, le soir, est lourd !
Viens avec nous !
Viens à l’amour ! »
Elle hésite !..
Chanté
Et sur les prairies,
Près des sources, dans les forêts.
Des nymphes sur les gazons frais
En souples théories, glissent…
Sur les gazons… les gazons roux,
Où glissez-vous ? »
Parlé
« Viens ! »
Et la vaporeuse bande
Serpente, serpente, ondule sur la lande,
L’enlace, l’enlace :
« Viens ! Viens ! Viens !
Le temps est court !
Fuis avec nous !
Fuis vers l’amour ! »
Las !
D’aimer… la vierge succombe !
Chanté
Depuis, par les soirs désolés,
Du sein des eaux, les feux-follets
viennent l’arracher à sa tombe :
« Feux-follets !
Parlé
Où m’emportez-vous ! »
Danse avec nous !
Chanté
Et renouant leurs farandoles,
Tourbillonnant en rondes folles,
Ils dansent, ils dansent, dansent, dansent,
ils tournent, tournent jusqu’au jour ah !
Les pales feux-follets d’amour !
Les feux-follets d’amour !


Les vidéos : Damien Top (ténor) Alain Raës (piano)

Tous les poèmes
Ecoute de toutes les mélodies

Image par Rachel Burkum de Pixabay