Reynaldo Hahn (1874-1947)
Poème de Léopold Dauphin
Mélodies – 2e volume n°15
Editions Heugel (1913)

Pour voix moyenne et piano
Modéré, mais sans lenteur et avec élan à 2/2
La bémol Majeur (Mib3-Fa4) Lab4 facultatif
Partition

Ô premier rossignol qui viens
Dans les lilas, sous ma fenêtre,
Ta voix m’est douce à reconnaître !
Nul accent n’est semblable au tien!

Fidèle aux amoureux liens,
Trille encor, divin petit être !
Ô premier rossignol qui viens
Dans les lilas, sous ma fenêtre !

Nocturne ou matinal, combien
Ton hymne à l’amour me pénètre !
Tant d’ardeur fait en moi renaître
L’écho de mes avrils anciens,
Ô premier rossignol qui viens !


Chen Reiss, mezzo-soprano – Charles Spencer, piano
avec partition


Image par shifa kaynat de Pixabay