Ernest Chausson (1855-1899)
Mélodie n°4 (1887) de Quatre Mélodies op.13
(Apaisement – Sérénade – L’aveu – La cigale)
Poème de Leconte de Lisle

Pour voix haute et piano
Gaiement à 6/8 – Si mineur (Mi3-La4)
Partition (#29731 – PDF page 12)

Christine Schäfer, soprano – Irwin Gage, piano

Ô Cigale, née avec les beaux jours,
Sur les verts rameaux dès l’aube posé,
Contente de boire un peu de rosée,
Et telle qu’un roi, tu chantes toujours.

Innocente à tous, paisible et sans ruses,
Le gai laboureur, du chêne abrité,
T’écoute de loin annoncer l’Été
Apollôn t’honore autant que les Muses,
Et Zeus ta donné l’Immortalité !

Salut, sage enfant de la terre antique,
Dont le chant invite à clore les yeux,
Et qui, sous l’ardeur du soleil attique,
N’ayant chair ni sang, vis semblable aux Dieux.




Image par Robiator de Pixabay